À la découverte de la mutuelle optique

Que vous portiez des lunettes ou que vous ayez une vision parfaite, prendre soin de vos yeux peut être un élément important de la gestion de votre santé globale. La mutuelle optique peut rendre les soins oculaires plus abordables. Elle couvre généralement les examens de la vue, ainsi que les produits destinés à corriger la vue. Découvrons-en plus.

Comment fonctionne la mutuelle optique ?

Si vous envisagez de vous inscrire à une mutuelle santé, voici trois étapes faciles pour commencer. Pour les plus curieux, voici un site qui pourra vous aider: https://santors.fr/mutuelle-optique/notre-dossier-complet/. Tout d'abord, inscrivez-vous à un plan de mutuelle optique disponible chez votre assureur. Une fois inscrit, vous pourrez commencer à utiliser vos prestations dès le jour ouvrable suivant.

Ensuite, choisissez un excellent ophtalmologue. Une fois que vous avez trouvé un ophtalmologue, prenez rendez-vous. Au cours de votre examen oculaire, votre médecin vérifiera si vous avez besoin d'une ordonnance pour des verres correcteurs ou si vous devez mettre à jour une ordonnance actuelle. L'un des principaux avantages de la mutuelle optique est l'argent que vous pouvez économiser sur les nouvelles lentilles et montures.

Selon le plan choisi, vous disposez d'une allocation à utiliser pour les montures ou les lentilles. Pour les verres de prescription (simples, bifocaux ou trifocaux), vous ne payez qu'une partie. Vous pouvez également économiser de l'argent sur les améliorations facultatives des lentilles, comme la résistance aux chocs, l'antireflet et la teinte claire foncée. Assurez-vous de profiter de ces avantages lorsque vous rencontrez votre médecin.

La mutuelle optique est-elle déductible des impôts ?

Si vous détaillez vos déductions pour une année imposable, vous pouvez déduire les dépenses liées à la vision (par exemple, lunettes, lentilles, examens de la vue, chirurgies oculaires et primes d'assurance vision). Vous ne pouvez déduire que le montant de vos frais médicaux totaux qui dépasse 7,5 % de votre revenu brut ajusté.