Assurance santé pour salariés : comment se finance-t-elle ?

En tant que salarié vous devez souscrire à une assurance santé afin de bénéficier de la prise en charge totale des frais médicaux. L’assurance santé est différente de celle maladie que votre entreprise peut prendre en charge. C’est avec elle que vous pourrez bénéficier de plus de garanties supplémentaires pour couvrir la totalité de vos frais d’hospitalisation et de soins. Alors, comment se finance l’assurance santé d’un salarié ? Nous vous proposons dans les lignes à suivre la réponse à cette préoccupation.

Assurance santé pour salariés : ce qu’il faut comprendre

L’assurance santé pour salariés est une forme d’assurance différente de l’assurance maladie. Elle est une police qui offre plus de garanties médicales à l’assuré et lui permet de couvrir la totalité des charges médicales. L’assurance santé salariés est une forme d’assurance complémentaire à l’assurance maladie et est souscrite par tous les employeurs notamment du secteur privé. Si vous souhaitez en savoir plus sur l’assurance santé salariés, retrouvez le ici.
En effet, l’assurance santé salariés représente une garantie associée et supplémentaire qui va de l’intérêt de tous les employés. Pour ce faire, les employeurs ont l’obligation de souscrire leur entreprise à cette police d’assurance pour leurs employés. Mais la plus grande difficulté reste le financement de cette assurance.

Comment est financée l’assurance santé pour salariés ?

Le financement de l’assurance santé salarié est assuré à la fois par l’employeur que l’employé. En effet, pour bénéficier de cette police d’assurance le salarié s’engage à le financer à un taux minimal de 50 %. Ce taux de 50 % représente le minimum possible reconnu par les législations comme étant la participation financière du salarié dans le cadre de l’assurance santé entreprise. Le reste est couvert par l’entreprise.
Toutefois, l’employé peut décider de financer la totalité de cette police d’assurance. Dans le cas échéant, la part du revenu imposé du salarié revient à l’employé. Suivant cette forme de financement, l’employer bénéficie aussi d’une exonération de charges sociales. Cette dispense est plafonnée à 6 % du PASS (plafond annuel de la sécurité sociale) et à 2 % de la rémunération annuelle brute.